25 C
Canada
Wednesday, December 8, 2021
AccueilRegionCamerounCameroun- Des soldats camerounais accusés d'avoir violé 20 femmes

Cameroun- Des soldats camerounais accusés d’avoir violé 20 femmes

L’organisation Internationale Human Rights Watch (HRW) accuse des soldats camerounais d’une agression l’année dernière, au cours de laquelle ils ont violé au moins 20 femmes dans la zone anglophone du pays.


Dans un rapport publié vendredi, l’organisation affirme avoir des preuves d’une attaque perpétrée en mars 2020 à Ebam par des éléments de l’armée camerounaise l’année dernière au cours de laquelle ils ont violé au moins 20 femmes dont quatre handicapées dans la zone anglophone.

L’attaque contre le village d’Ebam, dans la région du Sud-Ouest, où des séparatistes armés se battent depuis 2016 pour l’indépendance des régions anglophones minoritaires du pays, a été «l’une des pires de l’armée camerounaise ces dernières années», a déclaré vendredi HRW.

Le groupe de défense des droits a affirmé que les soldats avaient également tué un homme de 34 ans, arrêté 35 autres, incendié une maison, pillé de nombreuses propriétés et sévèrement battu les hommes qu’ils avaient emmenés dans une base militaire.

Il n’y a pas eu d’enquête effective et personne n’a été tenu pour responsable des crimes, selon les informations obtenues par HRW.

À l’en croire, aucune des survivantes de viol interrogées ne pouvait obtenir de soins médicaux après le viol immédiatement après l’attaque. Cela était dû à des problèmes tels que le déplacement, le manque d’installations de centre médicaux, le coût du voyage vers ces installations, le coût des soins médicaux et la peur de la stigmatisation et du rejet.

« La violence sexuelle et la torture sont des crimes odieux sur lesquels les gouvernements ont l’obligation d’enquêter immédiatement, de manière efficace et indépendante, et qui exigent de faire traduire les responsables en justice », a déclaré Ida Sawyer, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « Un an plus tard, les survivants de l’attaque d’Ebam ont désespérément besoin de justice et de réparations et sont choqués de voir que ceux qui leur ont fait subir des violences sont libres et que leurs actes sont restés sans conséquence. », a-t-elle ajouté.

L’enquête de HRW comprenait des entretiens entre août et janvier avec des témoins, des survivants de viol et un médecin qui les avait soignés.

Des témoins ont déclaré que plus de 50 soldats sont entrés à Ebam à pied vers 03h00 le 1er mars 2020, pénétrant par effraction dans presque toutes les 75 maisons du village.

«Cinq soldats masqués sont entrés chez moi», a déclaré à HRW une femme de 40 ans. « Il faisait noir, J’étais seul. Ils ont fouillé la maison et volé mon téléphone et mon argent. L’un d’eux m’a abusé. Il a dit: “Si tu ne couches pas avec moi, je te tuerai!” » raporte la victime qui ajoute qu’elle avait trop peur de parler ou de faire quoi que ce soit.

« Après le viol, j’ai couru dans la brousse où j’ai passé deux mois. Je suis toujours bouleversé et traumatisé.» a raconté la survivante d’après la même source.

Les responsables camerounais n’ont toutefois pas encore répondu à une lettre de Human Rights Watch datant du 13 janvier 2021. Selon l’organisation, il était demandé de répondre à des questions spécifiques, dans cette lettre transmise à de hauts responsables de la présidence camerounaise.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News